Boubaix Pierre Benjamin

Etat civil

Né le 22 mai 1867, Paris, 16e Arrondissement, Seine

Décès le 8 juin 1915, Neuville-Saint-Vaast, Pas-de-Calais

Cause du décès : Blessures de guerre

Inhumé : Nécropole nationale La Targette, Carré 2, 3e rang, tombe n°178

39e Régiment d’Infanterie, 1ère Compagnie

Grade : Rouen Nord

Rouen Nord

Décoration : Promu Chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume et décoré de la Croix de Guerre avec palme.

Document officiel

Citations

Citation à l’ordre de la 10e Armée : « Libéré de toute obligation militaire et engagé pour la durée de la Guerre, est venu au front à la suite de démarches expresses. A montré des qualités militaires de premier ordre. Tué dans un assaut à la tête de sa section. » Citation pour l’obtention de la Légion d’honneur : « Excellent officier. Véritable exemple d’endurance et d’énergie pour ses homes. A fait preuve de courage et de bravoure en maintes circonstances. Tombé glorieusement en entraînant ses hommes à l’assaut des positions ennemies de Neuville-Saint-Vaast, le 8 juin 1915. »

Notice biographique :

Situation familiale : Fils d’Edouard Laurent Boubaix et d’Eugénie Adèle Louvry, domiciliés n°6 rue Edouard Adam à Rouen. Il est employé de bureau et demeure à Rouen au moment de son passage devant le conseil de révision. Il est domicilié n°6 rue des Emmurées le 6 avril 1903. Il épouse Antoinette Louise Augusta Duhamel le 3 février 1902 à Rouen. Autorisation du Conseil d’Administration du 3e colonial en date du 16 janvier 1902. Pupille du 5e Mobile, il demeure n°3 route d’Elbeuf à Sotteville-lès-Rouen au moment des hostilités. Militaire carrière, il devient ensuite représentant en chaussures. Son nom figure sur le Livre d’or des Anciens élèves des Frères et des Ecoles Chrétiennes de Rouen (Imprimerie de la Vicomté, 1921). Il appartient à cette association depuis le 13 janvier 1913.

Situation militaire : N°42 de tirage dans le 4e canton de Rouen. Compris dans la 3e partie de la liste du recrutement cantonal. Il mesure 1 m 59. Degré d’instruction : 3. Engagé volontaire pour 3 ans le 6 mars 1888 à Rouen. Arrivé au Corps (1er RI) et soldat de 2e classe le 7 mars 1888. Passé au 1er Régiment de Marche le 28 janvier 1890 (décision ministérielle ds 13 et 16 janvier 1890). Passé au 10e RIM le 1er juillet 1890 (décision ministérielle du 10 mars 1890). Caporal-fourrier le 1er août 1890. Rengagé pour 5 ans le 22 avril 1891 à compter du dit jour (en vertu de la loi du 15 juillet 1889). Sergent fourrier le 11 mai 1891. Sergent le 1er novembre 1891. Passé à la portion coloniale du 1er de l’Arme le 1er mars 1893. Passé au 1er Régiment de Tirailleurs tonkinois le 10 octobre 1893 (décision ministérielle du 25 septembre 1893). Rengagé pour 5 ans le 27 septembre 1895 à compter du 22 avril 1896 dans les conditions de la loi du 18 mars 1889 (2e Régiment) Passé au 4e de l’Arme le 26 janvier 1897. Passé au 8e de l’Arme le 21 juin 1897. Sergent-major le 26 octobre 1897. Adjudant le 30 décembre 1898. Passé au 9e de l’Arme le 15 janvier 1899. Commissionné le 6 juin 1900 à compter du 22 avril 1901. Passé au 4e RIC le 15 août 1901. Passé au 3e de l’Arme le 15 août 1901. Démissionnaire le 4 mars 1903. Passé dans l’Armée Territoriale le 5 mars 1903. Certificat de bonne conduite accordé. Campagne au Sénégal du 14 octobre 1888 au 18 juillet 1889, en Annam du 2 février 1890 au 23 avril 1893, au Tonkin du 10 octobre 1893 au 4 avril 1897, au Tonkin du 15 janvier 1899 au 24 juin 1900, en Chine du 25 juin 1900 au 28 septembre 1901. Passé dans l’Armée territoriale le 5 mars 1903. Nommé lieutenant de réserve au 5e RIC par décret du 22 septembre 1903. Passé au 21e RIC (décision ministérielle du 10 août 1904). Réintégré dans son grade à dater du 13 octobre 1914 par décision présidentielle du 7 novembre 1914 et affecté au 21e RTI. Promu lieutenant par décision ministérielle du 24 mai 1915 à titre temporaire et pour la durée de la guerre. Maintenu à dater du 20 mai 1915. Tué à l’ennemi le 8 juin 1915 à Neville-Saint-Vaast. Avis du Ministère de la Guerre du 29 juin 1915. Campagne contre l’Allemagne du 13 octobre 1914 au 2 juin 1915.

Un de ses sous-officiers qui furent sous ses ordres en 1914-1915, alors que le 21e RTI était caserné au Lycée Joyeuse, à Rouen, et que le lieutenant Boubaix attendait son tour de départ au front, déclare qu’il a avait, parce qu’il les méritait bien, l’estime de se chefs et la profonde et sincère affection de ses subordonnés.

Son nom figure sur le Monument aux morts de la ville de Rouen, cimetière Saint-Sever, Petit-Quevilly Son nom figure sur le Monument aux morts de Sotteville-lès-Rouen Son nom est également inscrit sur le Monument aux morts de l’Association des Anciens élèves et frères et des écoles chrétiennes de Rouen apposé dans la chapelle de l’Institution Bellefonds (monument détruit en 2016)

Boubaix Pierre Benjamin

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email