Fabrice Sajous

Photo prise dans le camp indien de Grand-Quevilly (album Hans Vogt)

Professeur agrégé d’histoire-géographie au Lycée Pierre Corneille de Rouen, je me consacre depuis des années à l’histoire militaire ainsi qu’aux relations franco-britanniques. Si mon mémoire de maîtrise portait sur les garnisons anglaises en Normandie entre 1415 et 1450, mon DEA traitait lui des bases anglaises en Normandie entre 1914 et 1918. Dans le même temps, mon année de stage professionnel me menait à Doullens et me permettait de découvrir les cimetières britanniques et la bataille de la Somme, tandis que le service militaire m’offrit l’immense privilège de travailler une année au SHAT : Service Historique de l’Armée de Terre à Vincennes. Retrouvant ensuite en tant qu’enseignant le lycée qui m’avait formé en tant qu’élève et la ville qui m’avait vu naître, je pouvais alors définitivement me consacrer sur l’impact de la Grande Guerre à Rouen, la vie au Lycée Corneille pendant cette période, l’importance de la base britannique et les questions des mémoires de guerre autour des plaques commémoratives et monuments aux morts qui parsèment la capitale normande, mais aussi les sépultures de soldats rouennais que l’on retrouve après bien des recherches dans les 5 cimetières urbains.

Ces recherches ont abouti à la rédaction d’articles, un pour la revue Armées aujourd’hui et consacré à la bataille de la Somme en 1996, un pour la revue Etudes normandes en 2002 sur les bases anglaise en Normandie, un autre enfin toujours dans Etudes normandes en 2018 pour commémorer la création au lycée Corneille pendant la guerre d’une section serbe en 1916 puis d’une section norvégienne en 1918. De cette dernière étude, un ouvrage collectif édité dans deux versions, une version bilingue franco-norvégienne et une version purement française, voit le jour en septembre 2018.

Char anglais, place du Boulingrin (album Hans Vogt)
Lithographie soldats Indiens
Quai de Rouen 1914
Fermer le menu