La Grande Guerre à Rouen

Ce site, consacré à la Guerre 1914-1918, « la Grande Guerre », considérée comme la matrice du XXe siècle, a l’ambition de :

– Présenter une version complète du livre d’or 1914-1918 de la ville de Rouen. Notre cité est en effet une des rares grandes villes du pays à ne plus posséder de livre d’or de la guerre, l’hôtel de ville ayant subi un incendie en 1926, incendie au cours duquel les archives ont disparu. Or, notre Monument aux Morts, situé dans le cimetière Saint-Sever (et à peu près totalement ignoré des Rouennais eux-mêmes en raison de son éloignement de la ville) est en assez mauvais état. Des noms s’effritent ou, plus grave, ont disparu. Il s’agit donc ici de retrouver l’identité complète des 4844 soldats inscrits sur le Monument aux Morts de la vile de Rouen et de réaliser pour chacun une fiche biographique.

– Présenter une version complète du Livre d’or du Lycée Corneille, car si le Monument aux Morts du Lycée, inauguré en 1923 et désormais bien protégé, recense 277 noms, les recherches à travers les listes d’élèves du lycée (et encore, malheureusement, quelques années sont manquantes), ont permis de s’apercevoir que 455 soldats (au minimum) avaient en réalité disparu entre 1914 et 1918.

– Retrouver l’identité de tous les soldats inhumés, non seulement dans les deux carrés militaires des cimetières Saint-Sever et de l’Ouest (et déjà là, de nombreuses erreurs de graphie demeurent un siècle après), mais aussi tous ceux inhumés en sépulture individuelle et dans les caveaux familiaux. Certaines tombes de ces « Morts pour la France » ont même été relevées à plusieurs époques, alors que la sépulture à perpétuité leur était reconnue par la loi !

– Bref, réaliser une étude prosopographique de près de 7000 « poilus » « rouennais » (c’est à dire nés à Rouen, ou domiciliés à Rouen, ou décédés à Rouen, ou appartenant aux Régiments rouennais) qui ont vu leur vie brisée par cette guerre d’une intensité inédite.

– Il s’agira aussi de retrouver toutes les traces que Rouen préserve encore de cette guerre et nous toucherons là aux mémoires du conflit : Monument aux Morts ; plaques commémoratives dans les églises, les institutions, les écoles, les associations, dont certaines ont été détruites durant les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, d’autres perdues, disparues, égarées, abandonnées… ce qui pose la question de la réalité de l’attachement de la société contemporaine à un conflit qui n’a pourtant qu’un siècle malgré les discours politiques récurrents sur le soi-disant « devoir de mémoire » ; livres d’or encore conservés quand le monument ou la plaque a pu disparaître ; photographies de la ville durant le conflit.

– Enfin nous aborderons la vie à Rouen au cours de la Grande Guerre, une cité à l’arrière immédiat du front, n’ayant pas connu les combats, mais fortement impactée par ceux-ci. Cette étude sera réalisée à travers l’histoire du Lycée Corneille pendant le conflit, mais aussi à travers la présence britannique dans la cité normande.

– Chacun pourra alors apporter sa pierre à l’édifice en fournissant des renseignements ou des sources complémentaires, des éléments biographiques et des photographies d’identité qui permettront à tous, amateurs, passionnés, chercheurs de trouver des réponses à leurs questions.

Fermer le menu